L’intrigue en trois enquêtes

Prologue

Mars 2009.
Siège social du groupe industriel Keyvalor, Paris, France.
Le président du groupe industriel avait demandé à son assistante d’attendre le détective privé au poste d’entrée du parking fermé pour qu’il n’ait pas à décliner son identité ni à la sécurité ni à l’accueil. Elle fut à la fois décontenancée, mais sûre que ça ne pouvait être que lui lorsqu’elle vit la vieille voiture de collection verte s’avancer devant la barrière de sécurité. Le détective lui proposa de monter à bord pour se rendre à la place de parking. Ce qu’elle déclina en lui indiquant de garer sa voiture à la place indiquée “emplacement réservé“. Il s’agissait de l’une des trois places réservées au président.
 
Mai 2009.
Port de Bandol, Toulon, France
Le capitaine de la SNSM venait d’accoster avec son équipage. La mission de secours s’était avérée étrange. Une mer calme à quelques miles de Bandol. Un voilier à la dérive, et pas n’importe quel bateau, un Imoca 60, nommé Distant Ship, immatriculé à Chypre. Des plaisanciers les avaient prévenus. Ils avaient vu un homme à bord, inanimé. Peut-être mort. Seul. Immédiatement dépêché sur les lieux, l’équipage de la vedette SNSM ne put que constater qu’il ne s’agissait pas d’un naufrage, que rien ne révélait un classique accident sur bateau. Au vu de quelques indices, le capitaine appela la gendarmerie maritime de la base aéronavale de Hyères et organisa le remorquage vers le port de Bandol. »

Juin 2009.
Montagne Belledonne, Grenoble, France
Depuis la terrasse de son chalet, Henri suivait la progression du randonneur qui disparaissait puis réapparaissait au gré du relief. Il se savait invisible, caché par quelques cèdres qui lui laissaient juste une lucarne sur le sentier qui grimpait vers chez lui, puis se prolongeait bien au-dessus. Parfois c’était quelqu’un qui venait le visiter en se promenant. L’accès en voiture était si accidenté et tortueux qu’il fallait autant de temps qu’à pieds pour grimper jusque chez lui. Il prit ses jumelles. Il crut reconnaître l’homme. Si c’était lui, ça faisait bien au moins quinze ans qu’il ne l’avait pas revu. »

Extrait de: BORIS GEISER. « LA DOUCE TORPEUR. »

Laissez un commentaire

error: Content is protected !!