Connivences, et allusions.

Et s’il se cachait un sens derrière le nom de quelques enseignes et noms d’entreprises ?

 

Le comité de lecture avait détecté certaines allusions, mais s’interrogeait sur d’autres. Voici quelques-clés d’allusions ou références qui ont inspiré l’auteur en réponse à leurs questions.

La liste s’allongera en fonction des questions posées par les lecteurs.

  • Le titre “La douce torpeur” est une traduction littéraire de la chanson de Pink Floyd “Confortably Numb“. Ce titre a été choisi en référence à deux niveaux de “douce torpeur” : celle dans laquelle est plongé le personnage Milo apparemment amnésique. Mais aussi la feinte torpeur dans laquelle se cache tout le personnel de l’entreprise avant de préparer sa révolte. Une douce torpeur qui correspond par ailleurs à beaucoup de salariés cadres ou employés à notre époque : révoltés intérieurement mais contraints de faire profil bas lorsque les risques liés à l’emploi sont élevés.
  • Le récit raconte que Volvo crée un modèle “Cross Country V90 Trevanian hybride Road Wheel White (RWW)” : Il s’agit d’un hommage au gag de Trevanian à propos du Volvo bashing dans “Shibumi” . RWW : ces initiales correspondent au véritable nom de Trevanian (un de ses noms de plume)  :  l’écrivain américain Rodney William Whitaker
  • Il est question d’une entreprise nommée “Gouape” : Une gouape est un voyou, un vaurien
  • Une librairie se nomme “L’atellane : L’atellane est une catégorie de comédie du théâtre latin, à l’origine en langue osque, qui remonte au IVè siècle av. J.-C. Farce bouffonne de courte durée, souvent obscène, elle reposait sur un canevas qui laissait une large part à l’improvisation. Ce nom a été choisi en raison du contexte du paragraphe, qui rend hommage à l’humour de l’écrivain Philipp Kerr.
  • Le titre “La douce torpeur” est une traduction littéraire de la chanson de Pink Floyd “Confortably Numb“. Ce titre a été choisi en référence à deux niveaux de “douce torpeur” : celle dans laquelle est plongé le personnage Milo. Mais aussi la feinte torpeur dans laquelle se cache tout le personnel de l’entreprise avant de préparer sa révolte. Une douce torpeur qui correspond par ailleurs à beaucoup de salariés cadres ou employés à notre époque : révoltés intérieurement mais contraints de faire profil bas lorsque les risques liés à l’emploi sont forts.

Les noms de personnages font l’objet d’un autre décryptage où sont révélées les sources d’inspiration.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected