A Vizille, berceau de la révolution française

Extrait

« Il ne m’a pas semblé que leurs entreprises soient toutes florissantes. Et lorsqu’on voit les dégâts qu’ils causent à l’environnement, la nocivité de leurs matières premières, et l’esclavage de leur main d’œuvre… La fameuse compétitivité, je ne suis pas sûr qu’elle mérite de se jouer sur le terrain des cost-killers. Milo hocha de la tête d’un air pensif comme s’il prolongeait la réflexion de Torapa.
–Pourtant ça fait des années que les politiques de tout bord martèlent qu’il faut rendre nos entreprises compétitives. Et donc qu’il faut abaisser leurs charges. Dédé écartait les bras d’un air désolé.
–Sur le point de la compétitivité, on ne peut leur donner tort. Murmura Milo. Nous sommes dans un contexte de compétition mondiale mal régulé, affaibli par des lobbys dont les intérêts privés dépassent largement l’intérêt général, par définition. En revanche, sur la question de la réduction des charges présentée comme la panacée, parfois je suis perplexe. Si une entreprise n’a pas de clients, on aura beau alléger les cotisations sociales, ça ne fera que retarder la chute. Gager que les clients reviendront si les tarifs baissent grâce à une diminution des charges, je suis tout aussi septique. La part des contributions[…] »

Extrait de: BORIS GEISER. « LA DOUCE TORPEUR. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected